Akin le Petit Prince

Les cithares ottomanes t'interpellent, Akin
Elles jouent pour toi la musique d'un monde
ancien, admirable.
Les notes sont autant de visions d'un orient qui n'est plus,
d'un empire disparu.
"Au croisement de la lune et de l'Astre, tu seras le Calife"
Le chant qui te saisie, Akin, tu en prends l'oxymore,
tu te sais déjà descendant de Sélim.
Mais ni le royaume, ni les choeurs, ni les chevauchées fantastiques
cette nuit n'est réel.


Alors tu emmêles tes deux petits doigts, Akin,
Tu lèves les yeux au ciel,
Et lance une sonde, aussi,
Cette fois ci dans ton coeur.


Tu croises la lune avec la Lumière de l'Astre
                  Atoosa la Princesse

Cette nuit là, Na'ir Al Saïf illumina
ta chevelure d'or.
Elle dessina pour toi
ce magnifique collier de perles.


Alnitak, Alnilam et Mintaka ont porté le serment
de t'élire en Princesse.


Cette nuit là, l'on vit des filles et des fils de l'univers
danser au son de tambours magistraux.
L'on vit de la pluie dans les météores.
L'on vit des étoiles devenir des villes et des cités à conquérir.


L'on vit la beauté d'une âme devenir céleste.


L'on vit le croisement de la lune avec la Lumière de l'Astre.
                  S'arrime,
En bleu,
En rouge,
De l'éclat, pas d'éclat
        En bleu, en rouge
        Et patience d'éclat
                  En bleu, en rouge
                  Eclatant cancrelat
                            En bleu, en rouge
                            Nos pupilles aux éclats
                  Arrive.
Display Photot Jerome Bignon
jérôme bignon
Display logo Mail   Display logo Facebook
Poète  Display flag Senegal
Tel : (+33) 06 07 24 69 92
Poésie